Le Secrétariat CITES organise un atelier en ligne sur l'inspection physique des chargements de bois dans la région du bas Mékong

Mise à jour le 29 octobre 2021

La région du bas Mékong abrite une centaine d'espèces d'arbres inscrites aux annexes de la CITES. Il s'agit notamment d’espèces de bois de rose de l'Annexe II (du genre Dalbergia), des ifs (genre Taxus spp.) et du bois d'agar (genre Aquilaria), dont certaines sont très précieuses pour le commerce international.

Cela a fait de certaines de ces espèces une cible privilégiée pour des acteurs s’adonnant à l'exploitation forestière illégale et au trafic. Les autorités locales de lutte contre la fraude et les agences douanières sont en première ligne de la lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages. Celles-ci doivent être dotées des meilleures connaissances et outils disponibles pour détecter et décourager les trafics, notamment en effectuant des inspections sur les chargements suspects.

Du 25 au 29 octobre 2021, le Secrétariat de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) a organisé un atelier en ligne sur l'inspection physique des expéditions de bois dans la région du bas Mékong.

CITES Timber Inspection Workshop 25-29 October 2021

L'atelier a réuni des fonctionnaires d’organes de gestion nationaux CITES, d’agences de douanes, de la police et d'autres administrations compétentes dans de la réglementation et de l'application des lois relatives aux espèces d'arbres inscrites à la CITES.

La réunion visait à renforcer la capacité des autorités nationales à effectuer des inspections des chargements de bois de valeur, à identifier correctement les espèces, à détecter les envois illégaux, à mener des enquêtes connexes et à éliminer de manière appropriée les envois illégaux confisqués. L'atelier a également fourni une occasion aux représentants de différentes autorités de discuter et d'échanger des informations sur les meilleures pratiques et les défis en matière d'inspection des chargements de bois.

La Secrétaire générale de la CITES, Ivonne Higuero, a déclaré : « De plus en plus d'espèces de bois de valeur ont été ajoutées aux annexes CITES ces dernières années, et leur survie dans la nature dépend de l’abnégation des autorités CITES, des douanes et des services d'application des lois dans leurs tâches d’empêcher le trafic. Nous sommes ravis de coopérer avec la FAO et l'ONU-REDD et de travailler avec les Parties à la CITES dans la région du Mékong pour renforcer les capacités d'inspection physique des chargements de bois. Ceci est non seulement crucial pour la mise en œuvre de la Convention, mais aussi pour la réalisation de nos engagements urgents en faveur de la conservation des espèces d'arbres, des écosystèmes ainsi que des moyens de subsistance que celles-ci soutiennent. »

L'atelier a réuni des fonctionnaires du Cambodge, de la Chine, de la Région administrative spéciale de Hong Kong, de la République démocratique populaire lao, de Singapour, de la Thaïlande et du Viet Nam, ainsi que des représentants du Royaume-Uni, de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), du Centre mondial de surveillance continue de la conservation du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE-WCMC), et les partenaires suivants du Consortium international de lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages : INTERPOL, l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime et l'Organisation mondiale des douanes. Au total, plus de 100 participants ont assisté à l'atelier.

L'atelier de renforcement des capacités en ligne a été organisé en partenariat avec la FAO et avec le financement de l'Initiative internationale sur le climat et les forêts de la Norvège. Il a contribué aux travaux du Secrétariat CITES relatifs à la mise en œuvre de la décision CITES 16.58 (Rev. CoP18) concernant l'identification du bois et d'autres produits du bois, et a été organisé dans le cadre de l'accord FAO- Secrétariat CITES pour soutenir la mise en œuvre de l’initiative ONU-REDD pour le commerce durable des forêts dans la région du bas Mékong.