Les donateurs de l’ICCWC

Les donateurs suivants ont généreusement soutenu financièrement la coordination et la mise en œuvre du Programme stratégique de l’ICCWC pour 2016-2020:

Union européenne (13,5 millions d’EUR)

L’Union européenne soutient un large éventail d’activités qui visent à prévenir et à combattre le trafic des espèces sauvages dans les principaux pays d’origine, de transit et de destination, en se concentrant sur des mesures coordonnées de lutte contre la fraude et de justice pénale. Il s’agit de : la mise en œuvre de la Compilation ICCWC d’outils pour l’analyse de la criminalité liée aux espèces sauvages et aux forêts, des recommandations qui en découlent et du Cadre d’indicateurs de l’ICCWC pour la lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages et aux forêts ; le renforcement des capacités dans un certain nombre de domaines, notamment la formation à l’utilisation de la criminalistique appliquée aux espèces sauvages ; la mise en œuvre de mesures et de stratégies de lutte contre la corruption ; les techniques d’enquête spécialisées ; les activités et opérations régionales et mondiales de lutte contre la fraude et les programmes de mentorat dans ce domaine de la lutte contre la fraude. La contribution cofinance également la convocation de l’Équipe spéciale de la CITES sur le commerce illégal de spécimens d’espèces d’arbres CITES, et soutient des actions clés à court et moyen termes pour répondre aux défis de la criminalité liée aux espèces sauvages dans le contexte de l’épidémie de COVID-19. La contribution facilite le renforcement des synergies avec d’autres réponses de l’Union européenne à la criminalité liée aux espèces sauvages et aux forêts, afin de s’attaquer à l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement illégal et de mobiliser toutes les parties prenantes concernées. 

France (235,000 EUR)

La France contribue à la mise en œuvre des recommandations de la Compilation ICCWC, à des activités ciblées pour démanteler les réseaux criminels, à la mise en œuvre du Cadre d’indicateurs de l’ICCWC en Guinée, ainsi qu’à l’application d’une série de décisions émanant de la CoP18 de la CITES. La contribution cofinance également la convocation de l’Équipe spéciale de la CITES sur le commerce illégal de spécimens d’espèces d’arbres CITES et a soutenu la convocation d’une réunion interrégionale sur la lutte contre la fraude liée aux espèces sauvages (WIRE) pour les agents des douanes et d’une réunion régionale RIACM (Regional Investigative and Analytical Case Meeting). Ces deux réunions ont mis en relation des enquêteurs africains et asiatiques afin qu’ils discutent des réponses stratégiques et tactiques à apporter à la criminalité liée aux espèces sauvages.  

Allemagne (400,000 EUR)

La contribution allemande a soutenu des activités au Mozambique et en Ouganda. Au Mozambique, l’appui s’est concentré sur les efforts de renforcement des capacités, à travers la rédaction et la diffusion d’un manuel de référence rapide pour les procureurs et les enquêteurs sur la criminalité liée aux espèces sauvages et d’un ouvrage de référence pour les juges. En Ouganda, la contribution a soutenu la mise en œuvre de la Compilation ICCWC et du Cadre d’indicateurs de l’ICCWC, ainsi que l’élaboration d’un Guide de référence rapide sur la criminalité liée aux espèces sauvages pour les procureurs et les enquêteurs. 

Principauté de Monaco  (200,000 EUR) 

La Principauté de Monaco a contribué à l’élaboration de l’évaluation de la menace que représente la criminalité liée aux espèces sauvages en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale, et au soutien ciblé continu à la lutte contre cette criminalité dans les deux sous-régions. La contribution cofinance également : la convocation de l’Équipe spéciale de la CITES sur le commerce illégal de spécimens d’espèces d’arbres CITES ; des activités ciblées de lutte contre la fraude ; ainsi que l’application des décisions de la CoP18 de la CITES, incluant l’élaboration des rapports annuels sur le commerce illégal.

Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord (4 millions de GBP) 

Le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord soutient un large éventail d’activités, et notamment : la mise en œuvre du programme de formation de l’ICCWC sur la lutte contre le blanchiment d’argent ; la mise en œuvre de la Compilation et du Cadre d’indicateurs de l’ICCWC, ainsi que des recommandations qui en découlent ; la convocation de l’Équipe spéciale de la CITES sur les Plans d’action nationaux pour l’ivoire (PANI) ; le cofinancement de l’Équipe spéciale de la CITES sur le commerce illégal de spécimens d’espèces d’arbres CITES, la formation sur l’identification des risques de corruption et l’élaboration de stratégies d’atténuation des risques de corruption ; le renforcement des capacités en matière d’enquêtes sur les scènes de crime et de techniques d’enquête spécialisées ; ainsi que des ateliers régionaux et des programmes de mentorat pour les procureurs. Il cofinance également l’application de plusieurs décisions de la CoP18 de la CITES.

 

 

États-Unis d’Amérique (960,000 USD) 

Les États-Unis d’Amérique contribuent à la coopération en matière de lutte contre la fraude et au renforcement de la collaboration entre les Réseaux de lutte contre la fraude liée aux espèces sauvages (WEN), notamment par l’élaboration et la mise en œuvre des Lignes directrices de l’ICCWC pour les WEN et la convocation de la 3e Réunion mondiale des WEN (2019). D’autres actions de suivi axées sur le renforcement des WEN, notamment de SudWEN et HAWEN, sont également soutenues, en plus des éléments d’appui opérationnel et de renforcement des capacités, en particulier l’évaluation des risques et le profilage dans le cadre des douanes, ciblant le commerce illégal d’espèces sauvages en Amérique latine.   

Cliquer sur les infographies ci-dessous pour en savoir plus sur l’utilisation du financement des donateurs dans la coordination et la mise en œuvre du Programme stratégique de l’ICCWC pour 2016-2020.

       

       Précédents donateurs à l’ICCWC (2010-2016) 

 

L’ICCWC tient à remercier tous les donateurs mentionnés ci-dessus pour leur soutien à la lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages.